Le Monde du Cheval et de L'Equitation

photopistache011JPG- La promenade de Magelone aux Saintes-Maries-de-la-mer -

On l'appelle « Pistache », mais ce n'est pas vraiment son nom. Son vrai nom, c'est Anne-Laure Capitani, maintenant connue sous son nom d'épouse Piérini. Je la connais depuis que je participe au festival du livre et du film équestre des Saintes-Maries-de-la-mer. En effet, nous logeons dans une vieille et belle demeure, dans le domaine de Maguelone, à côté de laquelle elle habite une petite maison adjacente. Chacun peut se souvenir de l'interview que j'avais fait l'an dernier de son mari, Serge Piérini, gestionnaire de l'élevage du domaine, vaste de 230 hectares de terrains cultivés, de marais, d'étendue d'eau et d'un élevage de chevaux Camargue.

photopistache 03

Lieu magnifique, où se côtoient tous les animaux présents sur cette terre de Camargue, des flamants roses aux "toros", des chevaux aux ragondins, des aigrettes aux sangliers et aux centaines de petits animaux invisibles. Évidemment, on fera l'impasse sur les moustiques, calamité internationale, qui oblige tout le monde à se calfeutrer le matin et le soir, au moment où les femelles piqueuses vont chercher leur repas, profitant de la manne touristique.

photopistache 05JPG

Anne-Laure Piérini et Gilbert de Keyser

Anne-Laure Piérini, dit « Pistache » a 33 ans. Elle est née à Nîmes et a vécu à Arles et sur le domaine de Maguelone, propriété achetée par son arrière-grand-père après la dernière guerre. Sa mère l'a mise à cheval presque à sa naissance : « Mais je sais très vite, déjà à la maternelle, que les études ne seront pas pour moi. En revanche je suis très manuelle ». Son intérêt sera donc le cheval, mais également l'expression. Elle est très sportive, fait de la voltige, de la danse... Elle part à Marseille faire une formation de théâtre « qui m'a beaucoup aidée ». Toutefois, elle continue des études et passe un BEP vente plus le bac et travaille 3 ans dans la librairie de son père comme assistante commerciale, à Actes Sud, située à Arles.

photopistache014JPG

Anne-Laure Piérini et Gilbert de Keyser

A 26 ans, elle tente un bac professionnel : Conduite et Gestion des Entreprises Agricoles (CGEA), qu'elle ne finira pas. Plus tard, elle prend des cours d'équitation à Lansac, puis à Salin de Giraud et passe le galop 5 de la FFE. Elle se décide à passer le diplôme de cette fédération, « accompagnateur de tourisme équestre », aux Anganes, à Fontvieille. En 2013, elle participe à une formation de 9 mois et obtient le diplôme qui va lui permettre d'accompagner les promenades en toute légalité. Parce-qu'elle a dans le tête de prendre la promenade du domaine en gérance et d'en faire son occupation principale « Je me suis régalée. La formatrice m'a prise comme une professionnelle. Il fallait que je réussisse, pour moi bien sûr et parce-que j'ai pu avoir un financement grâce à la promesse d'embauche de mon père ».

photopistache 02

Puis, c'est la remise en état du centre, peinture, décoration, lieu d'accueil, affichage « Il y a eu du boulot, mais Serge et plein d'amis ont participé et voilà le résultat. J'ai récupéré quelques chevaux de Maguelone et quelques autres d'amis. Nous avons refait les gîtes, il y en cinq au total et nous pouvons accueillir environ 45 personnes, et enfin l'ouverture au début de l'été. Les différents gîtes alentour m'envoient des clients et déjà des centres équestres hors région viennent passer quelques jours. Nous personnalisons les promenades et parfois nous partons à deux ou trois ».

Anne-Laure ne veut pas en rester là, elle a décidé de passer le Brevet Professionnel JEPS (moniteur) option tourisme équestre dans l'année qui vient pour pouvoir donner des cours et pourquoi ne pas passer le Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole (BPREA) par correspondance, car elle ne peut pas partir du lieu de son travail.

« Je crois que je suis en passe d'accéder à l'aboutissement de mes rêves : travailler dans le cheval et gagner ma vie avec ; trouver le bon compagnon et avoir eu avec lui un fils, qui a maintenant 3 ans et qui s'appelle Folco en l'honneur du Marquis de Baroncelli ; le tout dans le domaine familial ».

Gilbert de Keyser

Crédit photo Fleur Téné

photopistache012JPG

Serge Piérini et son fils Folco

photopistache 01

Vu sur le Web

Actualités