gdkTVA - Tourisme Equestre - Salons - 

L’année démarre sur les chapeaux de roue, sauf pour ce qui concerne la TVA. Tout le monde savait ce qui allait se passer, la France n’est pas de taille à s’opposer aux directives de l’Europe, sauf si:les responsables politiques et administratifs du pays avaient pris conscience que ces activités, mêmes si elles ressemblent à des activités commerciales, sont des activités qui naturellement, structurellement, économiquement ne sont pas viables. Un centre équestre ce n’est pas une quincaillerie ou un marchand de vêtements. C’est un lieu qui se télescope avec du vivant, et plus particulièrement avec des chevaux. Hors les chevaux coutent cher à l’achat comme au quotidien... On ne travaille pas avec des chevaux comme un loueur de vélo. A chaque instant de la vie, les chevaux vivent avec leur propriétaire et on ne les dépose pas dans un local fermé à clé...

Ceci explique que l’on ne devrait en aucun cas mettre dans un même sac économique un commerçant lambda et un entrepreneur équestre. Pourvu que l’Europe entende et que la France se batte avec plus d’intelligence et de pugnacité.

Le jeudi 13 mars, a lieu à Nochize, haut lieu du Syndicat National des Entreprises de Tourisme Equestre (SNETE), une assemblée générale d’importance. En effet, en dehors de faire le point sur les travaux effectué tout au long de l‘année, des combats pour une TVA à taux moyen, cette assemblée est élective, c’est-à-dire qu’elle va élire le bureau et son président, en sachant qu’il est question de changements importants. Dans un monde équestre bouleversé, et pas seulement du fait de la TVA, mais également par la disparition du tourisme équestre de la FFE ainsi que par le schisme qui règne au sein du sport équestre, il est important que les professionnels du tourisme équestre se tournent vers la représentation syndicale la plus adaptée et la plus représentative pour ne pas dire la seule. Dans un monde professionnel moderne il n’y a pas d’autre choix que de se regrouper car la force vient des luttes que tous mènent ensemble.

Après un salon de Lyon de très haut niveau et un salon du cheval de Paris moyen, le salon du cheval d’Avignon, bénéficiant d’un temps clément, malgré un peu de pluie sur la fin, a été d’un haut niveau. Les premiers travaux effectués sur le site tout au long de l’année, une meilleure disposition des stands, des concours et des spectacles animés et de hauts niveaux et un public en grand nombre mène ce salon dans les hautes sphères. Il est nécessaire pour le bien du cheval, des sports et des métiers équestres que les salons régionaux existent et se développent. Bravo pour les organisateurs.

Un rappel important. Plusieurs sites Internet que nous gérons, François Xavier BIGO et moi-même ont été attaqués et ont été détruits. Pour certains, nous avons pu les remettre en ligne, comme le monde du cheval et de l’information, le guide touristique équestre. En revanche, n’a pas été remis en ligne le seul site d’informations techniques : www.lafilièreequestre.com. Il devrait revoir le jour dans le premier semestre de cette année. En attendant, vous pouvez me joindre au 06 70 07 39 02.

Gilbert DE KEYSER

chevalinfo.com

 

Actualités