La tradition ne nous a pas conservé le nom du premier homme qui se servit d’un équidé pour lutter avec ses semblables ! Il faudrait plusieurs ouvrages pour écrire leur histoire.

À la Révolution, la France possède 28 régiments de grosse cavalerie, 18 de dragons et 18 de cavalerie légère.

En 1804, notre cavalerie compte 74 régiments dont 12 de cuirassiers ; ce chiffre passera rapidement à 94 régiments.

Les chevaux galopaient mais ne duraient pas :
« c’est en grande partie à l’emploi déplorable de notre cavalerie que nous devons nos revers de 1871 »
constate Molier dans son ouvrage L’Équitation et le cheval de 1911, année où la France compte 89 régiments dont 13 de cuirassiers (9 777 chevaux de 1 m 54 au garrot et un peu plus), 31 de dragons (22 648 chevaux), 21 de chasseurs (15 225 chevaux), 14 de hussards (10 173 chevaux de 1 m 50 à 1 m 54), 6 de chasseurs d’Afrique et 4 de spahis (7 792 chevaux). L’artillerie comptabilise 47 417 chevaux, le train : 6 514 chevaux de gros trait (d’environ 1 m 46 au garrot et un peu plus) ; le Génie, 1 567 ; l’infanterie : 9 406 et l’État-Major : 4 914… Chaque année, le remplacement des chevaux réformés ou morts nécessite l’achat de 15 000 nouveaux chevaux. En cas de mobilisation, l’armée active se complète par des chevaux réservistes provenant de la réquisition, ce qui nécessite un énorme contingent supplémentaire de brides, mors et harnachement divers immédiatement disponibles !
 
Le général Dubois confie en 1914 :
« Nous avons notre cheval anglo-arabe du Midi qui est sans conteste, le meilleur cheval de cavalerie légère. Dans le Nord et le Charolais, en Vendée et les Charentes nous nous procurons le cheval pour poids moyen, le cheval de dragon et, avec plus de peine, le cheval de poids lourd pour les cuirassiers. L’artillerie se procure ses tracteurs en Vendée, en Normandie mais surtout en Bretagne et dans les Ardennes. Quant aux officiers, ils choisissent souvent le cheval barbe… »

En 1906, le dressage prévoit de familiariser les chevaux aux différents embarquements, aux terrains accidentés, aux tirs, aux sonneries, à la nage. Ils doivent supporter l’isolement ou le contact du rang… Selon le travail, chaque cheval reçoit par jour (en 1913) de 2 kg 500 à 3 kg 500 de foin, de 3 kg 500 à 4 kg 500 de paille et de 4 kg à 5 kg 500 d’avoine. Du sel ou du sucre y est ajouté. Selon les périodes de campagne ou de repos, certains chevaux reçoivent du maïs.

Les chevaux réformés sont remis aux Domaines qui en font l’affichage et la vente publique : selon leurs âges et leur usure, ils partent directement à la boucherie (en 1872 Paris consommait 5 074 chevaux ; en 1890 : 20 889 ; en 1909 : 48 795) ; d’autres trouvent acquéreurs auprès d’agriculteurs ou de commerçants ambulants ; ceux de cavalerie légère ou des dragons partent au fond des provinces et deviennent cheval de chasse ou de piqueurs (la chasse employait 15 000 chevaux en 1914 selon les statistiques).

Dès le XVIIe siècle en Lorraine, à Lunéville, ville frontière, 3 500 chevaux arrivent dans la carrière du manège de la Barollière (la plus grande d’Europe). Après la guerre de 1870, le château est transformé en caserne. À la veille de la Grande Guerre, Lunéville devient « cité cavalière » et héberge la 2e Division de Cavalerie, les 17 et 18e Régiments de Chasseurs à cheval, le 3e Bataillon de Dragons Portés, le 8e et 31e de Dragons, les Batteries à cheval des 8e et 39e Régiments d’Artillerie de Campagne. Elle a vu naître le Général L’Hotte, écuyer du Cadre Noir de Saumur. Toul, ville proche, à la veille de la 1ère Guerre mondiale, compte 8 080 chevaux d’armes !

Rosine Lagier

Sources : mes collections    

©Rosine Lagier    http://www.rosinelagier.com

1509007 496054003849688 1367868574 n

La 1ère "boucherie de cheval" officielle ouvre ses portes en 1866 à Paris.

1499555 496054457182976 2075188103 n

exercice de manège dans l'Artillerie : élévation des cuisses au trot !

1517470 496055230516232 1344539702 n

Les chevaux apprennent à descendre des falaises...

1510416 496056077182814 361486433 n

à passer le gué...

1488045 496056710516084 1545105888 n

à traverser des rivières...

1524937 496058197182602 1900640725 n

en manoeuvre, un régiment de Cuirassiers passe un pont de bateaux.

1530579 496059047182517 354788327 n

Nègrepelisse : dépôt de remonte de Lavergne. Chaque année 15000 chevaux sont achetés

1506660 496060353849053 127261341 n

Dijon : départ en manoeuvre du 8e Escadron du Train des Equipages militaires

1558556 496060950515660 1447038138 n

Lunéville : départ en manoeuvre du 31e Dragons

1509056 496064300515325 834327282 n

8e Dragons devant La Barollière à Lunéville

1520697 496065153848573 103452530 n

Parade militaire sur la Place Léopold à Lunéville

1551497 496065497181872 585446105 n

Prise d'armes devant le château de Lunéville

1526084 496065763848512 1317256477 n

Le quartier de Rigny à Toul. 8080 chevaux y seront abrités à la veille de la Grande Guerre.

1497566 496065890515166 156481112 n

à Neufchâteau, dans les Vosges : les chevaux convalescents sont promenés dans les jardins de leur infirmerie.

Actualités